Accueil > Multimédia > Essais de matériel > Acquisition du Canon EOS 40D

Acquisition du Canon EOS 40D

lundi 26 novembre 2007, par Bernard

Voilà, mon heure est venu, j’ai abandonné mon EOS 30 pour son équivalent numérique après avoir grillé mes dernières pellicules diapos l’été dernier en République Tchèque et en Autriche.

En 2006, je n’ai pas fait de diapositives car, au Portugal, j’ai préféré transporter mon camescope pour le jour du mariage et mon PowerShot A95 pour le reste du voyage au lieu de mon EOS 30, faute de place. Pour mon voyage en Crète, j’avais pu emprunter l’EOS 300D du CE.

Cette année, j’ai repris l’EOS 30 avec un petit numérique (PowerShot A610 du CE qui a un zoom offrant un plus grand angle). J’ai été déçu par les diapos, en projection comme en scan, après avoir vu mes autres photos.

Même si, pour la photo de voyage, un petit compact numérique apporte beaucoup de souvenirs, il demeure insuffisant pour les photos de sport, d’intérieur ou de spectacle. Pour ces occasions, j’avais la possibilité d’emprunter à mon CE un reflex numérique de type EOS 300D ou EOS 350D.

J’aurai pu investir dans leur successeur, l’EOS 400D, mais j’ai préféré acheter le tout nouvel EOS 40D avec son zoom 17-85 stabilisé (équivalent à un 28-135 en 24x36). Mon 70-210 fait un complément idéal en téléobjectif.

Je retrouve un boîtier avec des performances supérieures à l’EOS 30. Mon seul regret est la mise au point à l’œil (par le capteur que l’on regarde), qui peut toutefois être remplacée par le petit joystick. Mais, je m’y étais habitué et j’avais apprécié. Cependant, le concept n’a pas pris.

Le Canon EOS 40D est un boîtier qui offre de très nombreuses possibilités. Il a de très nombreux paramètres que l’on peut personnaliser. Pour la photo de spectacle, j’ai apprécié sa mesure spot (plus fine que la mesure sélective présente sur l’EOS 30 ou 350D), sa sensibilité extensible à 3200 ISO avec son réducteur de bruit, sa rapidité de prise de vue (jusqu’à 6,5 photos par seconde) qui permet de reprendre rapidement une nouvelle photo, sa balance des blancs réglable en K, ...

Avec mon 50 mm qui ouvre à f/1.8, j’ai réussi à prendre des photos de marionnettes en lumière noire. Pas question de compter sur la cellule, j’ai utilisé le mode « Live View » qui permet de voir en direct sur l’écran et, avec la simulation de l’exposition et l’agrandissement de la photo, j’ai réglé ma vitesse et mon diaphragme en mode manuel, puis j’ai pris mes photos avec le viseur. Le résultat n’est pas parfait, mais meilleur que si j’avais laissé faire l’appareil.

J’ai pris des photos de mon fils qui courait un cross dimanche dernier. Auparavant, je n’arrivais pas à avoir d’images correctes avec le PowerShot et je préférais utiliser un petit camescope.

Pour les photos de tennis de table, l’accès à la sensibilité de 3200 ISO [1] dans les cas difficiles et éventuellement l’utilisation du 50 mm ouverture f/1.8 me permettent d’atteindre le 1/400 de seconde et d’avoir la balle nette sur la photo. En activant le filtre de réduction de bruit et en utilisant au maximum la sensibilité de 1600 ISO, la qualité de mes photos a été appréciée. De plus, la réactivité de l’appareil permet de mieux prendre les gestes des joueurs et même la position de la balle !

Pour les voyages, le plus simple est d’utiliser au maximum le mode Paysage. Tant que la lumière est suffisante (extérieurs), la sensibilité reste à 100 ISO. Quand la lumière baisse, elle augmente jusqu’à 800 ISO. Dans les intérieurs, la vitesse peut descendre au 1/15è de seconde, ce qui n’est pas un problème avec un objectif stabilisé, sauf s’il y a des personnes qui se déplacent ! Ce n’est que quand la vitesse devient inférieure qu’il faut passer en mode P à 1600, voire 3200 ISO, avec la possibilité d’utiliser la pleine ouverture du diaphragme. [2]

J’ai encore plein de choses à découvrir. Un seul défaut : 1,3 kg avec l’objectif 17-85 stabilisé fourni avec. Le 350D ou le 400D sont plus petits et bien plus pratiques pour partir en voyage. Voilà ce que c’est de commander sur Internet !


La sortie de l’EOS 450D [3] aurait pû remettre en cause mon choix. Sa compacité permet de l’emporter plus facilement. Mais j’avoue que je préfère l’ergonomie de l’EOS 40D avec son joystick, sa double molette, ses 2 écrans (un dessus pour les paramètres de prise de vue, l’autre à l’arrière pour les menus et pour voir les photos), ses boutons d’accès direct aux paramètres de prises de vue, ses nombreuses informations dans le viseur et sa prise en main !

Le mode Live View de l’EOS 450D permet de faire la mise au point directement par le capteur (ce que ne sait pas faire l’EOS 40D), mais ce mode est toutefois beaucoup moins rapide que de baisser le miroir pour utiliser les capteurs autofocus. De plus, l’EOS 40D possède un bouton spécifique pour cette fonction.


[1le 3200 ISO doit être activé par une fonction personnalisée et il est conseillé d’activer le filtre de réduction de bruit en ISO élevé

[2en mode P, l’ISO Auto ne varie apparemment qu’entre 400 et 800 ISO

[3sorti au printemps 2008, il reprend le Digic III de l’EOS 40D avec un capteur de 12 Mégapixels (au lieu de 10)

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?