Accueil > Informatique > Partitionnement du disque dur

Partitionnement du disque dur

dimanche 2 mai 2004, par Bernard

Pour pouvoir installer Linux sur son ordinateur, l’étape la plus délicate (et la plus risquée) est le partitionnement du disque dur.

Essayer Linux ne veut pas dire se séparer de Windows ! Le plus simple est d’utiliser un disque spécifique. C’est ce que je vous conseille pour vos essais. Toutefois, il est plus intéressant de pouvoir choisir, au démarrage de la machine, entre Windows et Linux sans avoir à changer son disque. Si vous avez 2 disques, l’un des 2 peut être réservé à Windows et l’autre à Linux, cependant il est intéressant de pouvoir manipuler les mêmes documents !

Systèmes de fichiers

Windows utilise les systèmes FAT et NTFS. Le système FAT16, limité à 2 Go a été remplacé par le FAT32. Ce dernier est toutefois limité à 32 Go (par Microsoft car il pourrait adresser jusqu’à 2 To, soit 2048 Go). Le NTFS est utilisé par Windows NT, 2000 et maintenant XP. Il permet d’aller au delà des 32 Go.

Linux (noyau 2.4) peut lire et écrire des fichiers en FAT, et sait lire le NTFS (mais pas y écrire). Cependant, pour l’exécution de ses programmes, il a besoin d’un système de fichier spécifique. Plusieurs types existent et maintenant, EXT3 et REISERFS cherchent à remplacer l’EXT2. Ils sont journalisés, et permettent, en cas de coupure intempestive, de récupérer les données qui étaient en cours d’écriture sur le disque dur. Windows ne sait pas les lire (ni les écrire !).

Pour utiliser plusieurs systèmes de fichiers, il faut les mettre dans des partitions différentes. Chaque partition est vue comme un lecteur logique par Windows (avec une lettre spécifique : C, D, E...)

Pour partager des documents entre Windows et Linux (en utilisant OpenOffice.org ou Mozilla par exemple), il faut les mettre dans une partition de Type FAT. Sous Windows (XP), il est possible d’y affecter "Mes Documents" par un clic droit sur "Mes documents" puis "Propriétés". De plus, Linux a besoin d’une partition spécifique pour le swap (ou mémoire virtuelle).

Partitions principales et étendues

Jusqu’à 4 partitions, il est possible d’utiliser des partitions primaires. Au dela, il faut utiliser une partition étendue. Une (et une seule) partition primaire peut être transformée en partition étendue et contenir plusieurs partitions dites secondaires (appelées lecteurs logiques par Windows). Sous Windows, cette partition étendue est représentée par un rectangle vert entourant les lecteurs logiques.

Sous Linux, le 1er disque dur s’appelle hda (le 2e hdb). Les partitions principales du disques sont appelées hda1 à hda4 (ou hdb1 à hdb4), les partitions secondaires commencent par hda5, même s’il n’y a qu’une seule partition primaire !

Par défaut, Windows crée des partitions primaires. Celle qui contient le système doit être la partition active (C : par défaut, mais ce n’est pas obligatoire). Il est possible de mettre un 2è système Windows (type 2000 ou XP) dans un lecteur logique de la partition étendue, mais il faut que la partition active soit réservée à Windows et c’est le fichier boot.ini contenu dans la partition active qui permet de choisir la partition à charger.

Lors de l’installation d’une distribution Linux, les partitions peuvent être créées ou modifiées. Il n’est pas nécessaire d’utiliser "Partition Magic" par exemple. En revanche, il est important de défragmenter une partition Windows avant de réduire sa taille sous Linux.

Mandrake Linux crée hda1, puis hda5, hda6, ... . Seule la première partition est une partition principale. La 2è (hda2) est une partition étendue qu’il fera évoluer pour y mettre de nouvelles partitions. Si vous créez ensuite une autre partition primaire, elle s’appelera hda3. J’ai réussi à créer des partitions primaires à l’intérieur de la partition étendue. Ca fonctionne très bien sous Mandrake. Windows a du mal à les représenter (et à calculer la taille du disque) mais fonctionne correctement. En revanche, la distribution "Suse" refuse de créer toute nouvelle partition mais accepte de s’installer dans une partition existante. La distribution "Fedora Core" signale carrément une erreur dans la table des partitions et propose de tout effacer !

C’est pourtant facile d’arriver dans cette situation car il suffit de créer une partition avec Windows après avoir installé Linux, puis de rajouter une nouvelle partition avec Mandrake Linux. Il faut donc faire très attention quand on manipule la table des partitions avec des outils différents !

Le plus sage, c’est de créer toutes ses partitions avec le même outil au départ (Windows ou Linux). Puis installer les différents logiciels dans des partitions existantes.

Les limites de Windows

Je viens d’acquérir un disque dur de 160 Go pour faire de la vidéo et utiliser mon 60 Go pour faire des manip avec Linux. Je suis arrivé sur 2 limitations :

- celle de 32 Go du FAT32 qui m’a obligé à faire une partition différente pour les documents partagés avec Linux (FAT obligatoire) et pour la vidéo (dans ce cas en NTFS pour Windows car le format DV occupe 13 Go / heure de vidéo et je souhaite manipuler 3 heures au minimum)
- celle, inattendue et peu connue, des 128 Go maximum visibles par Windows (cette limite est levée uniquement si on installe le Service Pack 2 de Windows XP).

Qu’à cela ne tienne, je vais utiliser les 25,3 Go restants pour Linux ! Le déplacement des partitions Linux (swap et racine) a fonctionné sans changer le chargeur de démarrage (LILO) puisque les partitions n’avait pas changé de nom (j’avais déplacé la partition étendue et les partitions secondaires s’appelaient toujours hda5, hda6...). Impeccable. Lors de la regénération de LILO, rien ne va plus. J’ai compris qu’il n’était pas possible de générer le chargeur de démarrage à partir d’une partition placée aussi loin (mais quelle est la limite). En revanche, LILO est capable de charger une partition distante (bizarre). Si quelqu’un en a l’explication, je suis preneur. Je n’ai pas essayé avec GRUB. J’ai remis une partition Linux dans la première partie du disque et refait LILO, c’est bon !

Avec 3 partitions primaires pour Windows (système, documents et vidéo) et la partition étendue pour Linux, je me suis retrouvé dans la situation décrite auparavant : 2 partitions primaires dans la partition étendue. A éviter ! Depuis, les partitions primaires (sauf la 1ère) ont été remplacées par des lecteurs logiques dans la partition étendue.

N. B. Le 2è disque dur m’a été utile pour déplacer simplement mes partitions, puisque je copiais leur contenu sur l’autre disque et je les recopiais quand la nouvelle partition a été créée. C’est aussi un bon moyen pour défragmenter !

Pour plus d’infos, aller voir sur le site "commentcamarche.net"

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?