Accueil > Informatique > Les logiciels libres

Les logiciels libres

jeudi 6 mai 2004, par Bernard

des logiciels que tout le monde peut utiliser et éventuellement faire évoluer

Comme vous le savez, la majorité des logiciels sont soumis à licences. Vous payez un droit pour utiliser le programme qu’un autre a écrit pour votre besoin. C’est un droit légitime de propriété intellectuelle utilisant le droit d’auteur (et parfois les brevets).

Toutefois, ce droit de propriété intellectuelle permet à certains de s’approprier des standards d’échanges. C’est le cas des fichiers Word qui, si vous le fournissez à une autre personne, l’oblige à acheter le logiciel (ou pire, à en faire une copie illégale).

Les standards d’échanges doivent être ouverts. C’est-à-dire que chacun doit être capable de lire le document reçu. C’est le cas du langage HTML qui est la base des échanges sur Internet.

Le monde de la recherche publie ses résultats, celui de l’industrie les garde secrets pour en tirer des profits. Pour les universitaires, utiliser un système d’exploitation propriétaire (Windows) sans savoir ce qu’il contient, est contraire à leur esprit d’échange et d’ouverture. C’est ainsi qu’est né Linux pour remplacer Windows. Ainsi, les logiciels libres sont constitués des briques que chacun y apporte.

Pour des usages professionnels spécifiques et à forte valeur ajoutée, il est logique d’utiliser des logiciels propriétaires. En revanche, pour tous les usages courants, et surtout personnels, il existe un grand nombre de logiciels libres qui suffisent à notre besoin.

Libre n’est pas forcément gratuit !

Bien que le même mot en anglais ("free") signifie à la fois "libre" et "gratuit", il ne faut pas confondre les logiciels gratuits (freeware) que leurs auteurs mettent à disposition gratuitement et les logiciels libres (ou "Open Source") qui peuvent être modifiés pour les adapter à son utilisation personnelle (et éventuellement en faire profiter les autres).

Les règles d’utilisation et de modification de ces logiciels dépendent de la licence retenue. En effet, pour qu’un logiciel puisse rester libre, il faut qu’il soit protégé par une licence qui interdise à quiconque qui modifie ce logiciel de se l’approprier. C’est le cas notamment de la licence GPL (General Public Licence du projet GNU, la plus répandue) qui oblige à conserver sous cette même licence toute évolution future du logiciel.

Si un logiciel gratuit n’est pas obligatoirement libre, un logiciel libre n’est pas non plus obligatoirement gratuit. Rien n’empêche de vendre un CD composé d’une compilation de logiciels libres. Cependant, celui qui se procure ce CD peut en faire des copies qu’il peut vendre à son tour sans que personne puisse lui demander des "royalties". Ainsi le prix de ce logiciel ne peut pas être élevé. C’est ainsi que des sociétés comme Red Hat, Suse ou Mandrake peuvent vendre des distributions Linux et du service. Ceci évite d’avoir à faire une "veille technologique" permanente qui n’est pas à la portée de tous.

Des exemples

Pour la bureautique, OpenOffice.org est une excellente alternative à Word, Excel et Power Point. Mozilla est un navigateur Internet qui offre en plus la possibilité de conserver plusieurs pages et de les retrouver avec des onglets et aussi un logiciel de courrier électronique avec anti-spam intégré. Pour le traitement d’images, GIMP n’a rien à envier à Photo Shop, sauf en ce qui concerne la photogravure utilisée par les professionnels. Audacity est son équivalent pour le son.

Tous ces logiciels fonctionnent à la fois sous Windows et sous Linux Il est donc possible de commencer à les utiliser sous Windows. Puis, si vous commencer à installer Linux, vous serez heureusement surpris de les retrouver et de pouvoir lire vos courriels et éditer vos tableaux indifféremment sur Linux et sous Windows (voir des logiciels libres fonctionnant sous Windows).

Les environnements Linux permettent aussi la gravure de CD, l’utilisation du scanner, la photo numérique, des jeux et même de la vidéo (de nombreux conseils sur ce site). Toutefois, certains périphériques comme les scanners de films, n’ont pas les pilotes disponibles sous Linux car les fabricants ne les fournissent pas (alors qu’il les fournissent pour les Mac qui sont moins nombreux !)

Pour cela, je vous conseille de conserver le système Windows fourni avec votre machine et de monter Linux en multi-boot. Dans un premier temps, vous pouvez aussi essayer un "Live CD" comme Mandrake Move pour charger un Linux directement à partir du cédérom sans toucher à votre disque dur.

Pour votre information, le moteur de ce site est fourni par SPIP, un logiciels libre en langage PHP que j’ai pu aménager.

Quelques liens

Si vous êtes intéressés par l’histoire des logiciels libres, je vous conseille la lecture d’une tribune libre écrite par différentes personnes qui ont contribué à leur développement sur http://www.oreilly.fr/divers/tribune-libre. Pour mieux comprendre les nuances entre logiciels libres et logiciels Open Source, vous pouvez aller voir http://www.idealx.org/dossier/oss.

Voici une liste non exhaustive d’autres sites au sujet de ce type de logiciel :
- http://www.aful.org
- http://www.april.org
- http://www.freenix.org
- http://perso.club-internet.fr/ariffart/linux/gnulux01.html
- http://www.jesuislibre.org
- http://bureautiquelibre.org

sans oublier http://sourceforge.net qui contient de nombreux projets de logiciels libres.

http://www.framasoft.net regroupe une sélection de logiciels libres, à l’origine destinée aux enseignants, mais intéressante pour tous.

Un livre au format PDF (166 pages, 1.1 Mo) qui donne un paquet d’infos pour mieux comprendre le système GNU/Linux.

Pour goûter aux joies des logiciels libres, je vous propose la version Windows du jeu Tux Racer (7,8 Mo) qui met en scène le pingouin Tux, mascotte de Linux, sur des pistes de ski plus ou moins verglacées. Pour jouer, il suffit de décompresser l’archive et de cliquer sur tuxracer.exe.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?