Accueil > Multimédia > Evolution de la photo > Les joies de la photo numérique

Les joies de la photo numérique

mercredi 3 décembre 2003, par Bernard

Nous vivons actuellement une révolution dans la photographie : le passage au numérique. En 1985, la sortie du premier reflex autofocus par Minolta a été un événement important, mais sans mettre en cause tout ce qui tourne autour de la photo : pellicules 35 mm, développement, tirages, agrandissements...

En 1996, la sortie du format APS a été un beau raté car pour un prix supérieur, on offrait pas grand chose de plus à l’utilisateur. Et le numérique pointait son nez !

La photo numérique est arrivée dans tout ce qui était lié à l’informatique : échanges par e-mail, sites Internet, bureautique, en complément de la photo argentique. Depuis, les imprimantes ont appris à sortir des photos de qualité (même si les consommables coûtent cher), et la retouche photo sur un ordinateur ne demande pas d’investissement supplémentaire (le logiciel GIMP est gratuit et offre quasiment les mêmes possibilités que Photoshop d’Adobe).

La photo numérique intéresse le public parce qu’il a la maîtrise complète de la fabrication de la photo : on peut voir le résultat tout de suite (et effacer si ça ne va pas), retoucher (suppression des yeux rouges par exemple) et la diffuser facilement (e-mail, site Internet ou sortie sur imprimante personnelle). De plus, il devient indépendant des dépenses liées à l’achat des pellicules et au traitement des labos. Lors de l’acquisition du premier appareil numérique par le CE en 1998, tout le monde se précipitait pour l’essayer. C’était surtout de la curiosité car le résultat n’était pas génial. Mais c’était le début d’une nouvelle forme de photographie.

Maintenant, voir les photos sur un écran d’ordinateur (ou de télévision avec un lecteur DVD par exemple), c’est plus flatteur que le format 10x15 des tirages standards (les agrandissements sont chers). Et leur transmission avec Internet est immédiate (il n’y a pas besoin d’attendre le développement et de scanner les photos). Par exemple, envoyer un faire part de naissance avec la photo du bébé qui vient de naître devient facile. Le numérique répond à la mode du « je fais par moi-même » qui fait aussi le succès des magasins de bricolage. C’est ce qui faisait le charme de la cuve de développement et de l’agrandisseur pour les photos noir et blanc et qui a été perdu avec le traitement industriel de la photo couleur.

En revanche, cette facilité ne doit pas faire oublier la fragilité de la photo numérique. Comme tout document informatique, l’image numérique est un fichier qu’il faut sauvegarder (avec un graveur de CD). Une panne de disque dur ou un effacement accidentel , c’est si vite arrivé !

La photo numérique a également conquis la photographie professionnelle avec l’arrivée des reflex numériques. Le CANON EOS 300D à moins de 1500 € avec son objectif standard (18-55 mm équivalent à un 29-90 mm en 24x36) et une carte de 512 Mo bouscule un domaine autrefois réservé aux reflex argentiques (voir mon essai de l’EOS 300D).

L’arrivée des appareils numériques a dopé les ventes d’appareils photos en général. Mais les ventes d’appareils à pellicule ne représentent plus que 20 % du total. Certains y voient désormais la fin de la photo argentique :

- Les ventes de diapos sont inférieures à celles du noir et blanc. En France, il n’y a plus qu’un seul laboratoire industriel qui les développe. Les délais pour les travaux sont augmentés (jusqu’à 1 semaine).

- Dans le monde des appareils reflex, seuls les reflex d’entrée de gamme résistent encore, les modèles supérieurs sont concurrencés par les reflex numériques.

- Sauf pour les appareils jetables, les appareils compacts ne trouvent plus preneur, car leur équivalent numérique n’est pas beaucoup plus cher (et est donc vite amorti, car il ne faut pas acheter de pellicules).

- Le marché du matériel d’occasion s’effondre. Non seulement les appareils argentiques n’intéressent plus, mais les anciens appareils numériques sont invendables car les nouveaux sont plus performants et beaucoup moins chers !

Cette forte demande de la part des utilisateurs a fait que tous les efforts ont été orientés vers la photo numérique. Désormais, c’est elle qui s’impose. Mais il y a encore de nouveaux produits argentiques qui sortent (pellicules, appareils reflex, ...). Quel est leur avenir ?


Les limites des photoscopes

Messages

  • j’y ai pensé au numerique.........mais comme pour les premiers pas de bebe sur cassette video que fera t’on dans 20 ans de nos cd............et tirer soit meme ses photos sur imprimantes....aussi cher........non ce que je veux c’est que dans 20 ans mes petits enfants voient leur papa et leur maman a leur age au pied du phare des baleines sur l’ile de ré..........et une photo dans un album il n’y a rien de plus sur pour que dans 20 ans ceci ait lieu

    • Les laboratoires proposent désormais le tirage des photos numériques sur le même papier que la photo argentique (et pour un prix équivalent). Ce qui est le plus important pour la pérennité des images, c’est d’avoir un tirage photo de qualité à mettre dans l’album.

      Contrairement à la vidéo ou à la musique, le lecteur qui permettra de voir cette photo n’est pas prêt de devenir obsolète, puisque ce seront directement nos yeux (et ceux de nos enfants, etc...) !

      Ce n’est pas au niveau d’un tirage standard que ce fait la différence, mais surtout si on souhaite ensuite agrandir cette image (ou simplement une partie) : à partir d’un négatif ou d’un fichier numérique sur CD. Difficile de répondre à ce qui sera possible dans 20 ans ! Une solution : numériser le négatif et mettre le fichier sur CD ou DVD, et conserver les 2.

      En ce qui concerne vos enfants au pied du phare des baleines sur l’île de Ré, la projection d’une diapo sur grand écran vaut largement une photo numérique sur l’écran de la télévision ou de l’ordinateur !

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?